Gravité

Il s’agit d’une série de travaux utilisant les éléments architecturaux du lieu d’exposition en y incrustant des mots. Les lettre de l’alphabet en bois qui forment le mots « GRAVITÉ » sont installées au mur, comme incrustées dans l’architecture de l’espace d’intervention.

Cube

Une sculpture en symétrie centrale, avec des éléments de mobilier intérieur.

Confident tournant

« …Aï Kitahara a choisi ce même matériau d’une hauteur supposée infranchissable pour faire réaliser ce que, dans le langage de l’histoire du mobilier du Second Empire, l’on appelle un confident, soit une assise en forme de S permettant à deux personnes de s’asseoir simultanément dans chacun des renfoncements aménagés par la courbe de part et d’autre de la grille. Ce confident est lui-même fixé sur un socle de métal par un axe qui
en permet la rotation. Le « devant » devient ainsi indissociable de son « derrière ». ……de la raison et de la déraison qui est montrée ici, mais bien en quelque sorte leur réversibilité. L’hétérotopie ne se montre plus sous la modalité d’un nouveau territoire. Elle découle plutôt de cette sorte de courant alternatif qui fait aller et venir les contraires. C’est en effet, comme dans le cas de l’image produite par le thaumatrope, sur la base du télescopage permanent entre les « deux vies » que peut s’entrapercevoir, la réalité d’une troisième qui à la fois leur appartient et leur échappe à toutes les deux. Serait-elle caractéristique de l’art et de l’artiste lui-même ?

extrait du texte de Jean-Christophe Royoux « Les non lieux hétéropiques de Aï Kitahara »

Confident

« Confident » est le fruit d’une rencontre dialectique entre deux éléments, l’un mobilier, l’autre immobilier. L’objet suggère la déformation d’un mur, quintessence de la clôture, en un élément mobilier éponyme : fauteuil en forme de S, appelé également vis-à-vis, le « confident » permet à deux personnes assises, de « causer » ensemble en se faisant face. Pour autant, la confrontation déconstruit chacun des termes en présence : si les courbures du mur devenu siège démentent sa raideur séparatrice habituelle, leur hauteur ne permet pas pour autant à deux personnes assises d’échanger de visu.

Battements

Une charnière est posée sur un socle : une seule aile tourne, identique à une charnière de porte. Installé sous le socle, un système de moteur avec ressort fait un bruit régulier.